Pour éclaircir ma démarche

23 septembre 2010

Les idées que je défends dans ce blog, en réagissant le plus souvent à des faits d’actualité, suscitent parfois perplexité voire indignation même chez des lecteurs bien disposés a priori. Je porterais des jugements de valeur subjectifs, je prônerais le retour à un académisme faisandé, on reconnaîtrait dans ma philosophie les stigmates de la...
Lire la suite »

Le mystère Murakami

20 septembre 2010

Pour la première fois depuis bien longtemps, un début de contestation de l’anti-art émerge dans les médias. Evénement ou simulacre d’événement ? Cela paraît trop beau pour être vrai, le soupçon m’étreint qu’il y ait anguille sous roche. Filtrant l’information, les médias sont virtuellement les plus grands ennemis de la démocratie dès lors qu’ils...
Lire la suite »

Arnaqueurs et arnaqués du non-art

19 septembre 2010

Un prix de l’art chinois contemporain a été fondé en 1998 par l’ancien ambassadeur de Suisse à Pékin Uli Sigg. On peut s’en étonner (n’y a-t-il pas plus près des Alpes des talents à encourager ?) mais l’explication est simple. La Chine était alors un terrain vierge pour les spéculateurs en non-art, la concurrence...
Lire la suite »

Aillagon le publicitaire

16 septembre 2010

L’année passée, le vrai farceur et faux artiste Wim Delvoye tatoua un porc avec le logo de Louis Vuitton. Est-ce de l’art ? C’est plutôt du cochon. L’art en effet n’est pas de la pub et quand il se réduit à de la pub ce n’est pas de l’art. Plus précisément c’est du non-art,...
Lire la suite »

Le gros béta de Claude Lévêque

13 septembre 2010

Claude Lévêque expose au Centre d’art de Sète son « Bateau béta » de huit mètres de long imitant un bateau en papier plié. Devant cet objet qui serait charmant dans une maternelle, la journaliste du Monde (10 sept. 2010) Emmanuelle Lequeux ne sait comment exprimer son « émotion à l’état pur ». Pour...
Lire la suite »

Picasso et les origines du non-art (suite et fin)

20 juin 2010

 Dans la précédente livraison de cet article, j’ai commencé à mettre en exergue le rôle décisif de Picasso dans la transition de l’art au non-art. Les critiques ont fait de lui tantôt une sorte de magicien conjurant les formes les plus bizarres, tantôt un démiurge faisant table rase d’un passé encombrant pour élever le...
Lire la suite »

Picasso et les origines du non-art

15 juin 2010

Comme le suggère mon titre, je me propose de situer Picasso dans la transition qui conduit au non-art. L’art authentique a continué à être pratiqué clandestinement, mais la transition dont je parle passe aux yeux des profanes pour appartenir au courant  principal  (mainstream ) de l’histoire. Il s’agira d’expliquer un phénomène remarquable et assez mystérieux....
Lire la suite »

Emission radio: « Picasso génie ou imposteur? »

25 mai 2010

Lundi prochain 31 mai 2010 de 19h30 à 21h 00 Henry de Lesquen reçoit à son « Libre journal » de Radio Courtoisie Jean-Louis Harouel et Kostas Mavrakis pour parler de Picasso.
Lire la suite »

Badiou entre avant-garde et pompiérisme

25 mai 2010

Je terminerai mon examen critique des opinions de Badiou sur ce qu’il appelle « art » en commentant trois derniers passages de l’entretien accordé à During. 1) « Tendanciellement l’art du XXe siècle se centre sur l’acte plutôt que sur l’œuvre ». 2) « Le XXe  siècle a voulu inventer un matérialisme romantique. Soit une dissolution du geste créateur dans...
Lire la suite »

Livres

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle.

Badiou est le nom oxymorique d’un libéralisme autoritaire, maoïste et moderniste. Il est aussi le nom d’un philosophe non négligeable sur lequel on peut s’appuyer pour combattre les mauvaises causes dans lesquelles il s’est fourvoyé. C’est ce qu’entreprend Kostas Mavrakis en poursuivant son frère ennemi dans les domaines de la politique, de l’esthétique et de la religion...

Lire la suite ...

Pour l'Art. Eclipse et renouveau

Pour l'Art, éclipse et renouveau

L’art contemporain n’est ni art ni contemporain. Ce syntagme fait occuper la place de l’art tout court par le non-art. Une rhétorique habile est déployée pour présenter comme arriéré ou réactionnaire quiconque ne s’en laisse pas conter car les intérêts à ménager sont considérables . Comment et pourquoi s’est accomplie cette résistible ascension de la barbarie ? ...

Lire la suite ...