Les conditions d’un renouveau de l’art

27 janvier 2012

  En réponse à une question qui m’a été posée, je voudrais examiner quelle pourrait être la base économique, sociale, politique, idéologique d’un renouveau de l’art. Ce faisant, j’exposerai mes raisons de ne pas croire au caractère irréversible du mouvement qui nous a menés où nous sommes. En cette matière, il convient d’adopter une attitude résolument...
Lire la suite »

Avec Oskar Freysinger (suite II)

22 décembre 2011

Jean Robin :  Mozart et Léonard de Vinci ont  eu des mécènes. Aujourd’hui le financement par l’Etat est gratuit, sans souci de retour sur investissement. L’Etat peut se le permettre puisque ses largesses se font avec l’argent du contribuable. K. M. : Vous supposez qu’il n’y a aucun lien entre le monde de l’argent, auquel appartiennent les...
Lire la suite »

Avec Oskar Freysinger (suite)

17 décembre 2011

 « Serf ce peuple bâtissait des cathédrales, émancipé il ne construit que des horreurs » Cioran Je remercie Jean Robin pour cette citation.   Freysinger défend la conception romantico-anarchiste selon laquelle l’art est antinomique au pouvoir sauf l’art baroque qui serait à l’origine de tous les maux. Si je m’étais permis de l’interrompre j’aurais pris la défense du baroque et...
Lire la suite »

Avec Oskar Freysinger (réflexions sur l’art et la civilisation)

11 décembre 2011

A l’invitation de Jean Robin qui dirige les éditions Tatamis et anime l’excellent site Enquête et débat, j’eus le 3 décembre 2011 une discussion philosophique passionnante sur des questions relatives à l’art, la société, l’histoire avec le dirigeant politique suisse bien connu Oskar Freysinger dont je venais de lire le petit livre débordant d’humour...
Lire la suite »

Béthenot apologiste du non-art

16 novembre 2010

Sur le plan intellectuel, Martin Béthenot n’est pas très brillant, mais il possède sûrement d’autres qualités auxquelles Jacques Aillagon n’a pas été insensible. Béthenot lui doit principalement sa carrière. L’ambition y trouva son compte ; l’éthique et la déontologie beaucoup moins. On ne peut servir deux maîtres : le peuple français et les puissances de l’argent....
Lire la suite »

Le plaidoyer pro domo suo de Takashi Murakami

16 octobre 2010

J’ai dit ma jubilation à la lecture de Jimenez car je n’ai pas tous les jours un sparring partner (devrai-je dire un punching ball ?) aussi commode à me mettre sous la dent. Si les défenseurs de « l’art contemporain » sont tombés à ce niveau, tous les espoirs sont permis. Un moment viendra...
Lire la suite »

Les impostures de Jimenez

10 octobre 2010

Marc Jimenez, ai-je remarqué dans ma note du 3 octobre, continue à se réclamer des avant-gardes d’il y a un siècle. Il reste attaché aux espérances utopiques d’une modernité si peu moderne qu’elle en est toute poussiéreuse. En fouillant dans les cendres, il exhume ici un crâne, là un fémur d’antiques bouffons qui ont...
Lire la suite »

Aillagon le Capo màfia du « complot de l’art »[1]

6 octobre 2010

En exposant dans les appartements royaux et la galerie des glaces les sieurs Koons, Veilhan et Murakami, Jean-Jacques Aillagon a poussé jusqu’au zénith la cote de ces prétendu artistes  collectionnés par son  patron et ami, le milliardaire François Pinault. Ce parvenu s’est constitué une immense fortune grâce uniquement à des coups spéculatifs. En tant...
Lire la suite »

Marc Jimenez au secours de Murakami

3 octobre 2010

Il y a quelque temps, le soudain franc-parler des journaux au sujet de Versailles, pollué, une fois de plus, par la faute d’Aillagon, m’avait plongé dans un abîme de perplexité et je m’étais perdu en conjectures. Or le bruit médiatique se prolongeant, le mystère s’épaissit. Durant soixante ans, les médias ont accordé un soutien...
Lire la suite »

Livres

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle.

Badiou est le nom oxymorique d’un libéralisme autoritaire, maoïste et moderniste. Il est aussi le nom d’un philosophe non négligeable sur lequel on peut s’appuyer pour combattre les mauvaises causes dans lesquelles il s’est fourvoyé. C’est ce qu’entreprend Kostas Mavrakis en poursuivant son frère ennemi dans les domaines de la politique, de l’esthétique et de la religion...

Lire la suite ...

Pour l'Art. Eclipse et renouveau

Pour l'Art, éclipse et renouveau

L’art contemporain n’est ni art ni contemporain. Ce syntagme fait occuper la place de l’art tout court par le non-art. Une rhétorique habile est déployée pour présenter comme arriéré ou réactionnaire quiconque ne s’en laisse pas conter car les intérêts à ménager sont considérables . Comment et pourquoi s’est accomplie cette résistible ascension de la barbarie ? ...

Lire la suite ...