Notre coeur de cible

17 septembre 2012
Par Mavrakis

Dois-je me pencher sur le cas des derniers champions autoproclamés du non-art comme m’y invitent certains de mes amis ? Je ne suis pas sûr que cela en vaille la peine. De Loisy et compagnie, par exemple, ont puisé dans L’homme révolté de Camus des éléments de philosophie romantique qu’ils ont recombinés à la manière d’un lego. En effectuant ce bricolage, ils ont ajouté un chapitre au  XIXe siècle à travers les âges de Philippe Murray en même temps qu’ils inventaient une bouffonnerie de plus illustrant l’art de coller du sens sur l’absurde. Je ne vois pas la nécessité d’en dire plus étant donné le genre d’objets que De Loisy défend. Il peut être parfois nécessaire de formuler conceptuellement ce qu’est l’art à l’attention de ceux qui l’aiment mais pas de critiquer de tels objets. Leur imposture s’autodétruit. « Talia demonstrare, destruere est », disait Tertullien. Il est encore moins utile de réfuter le discours légitimant des De Loisy afin, me dit-on, de rallier à nous l’opinion. Il s’agit bien de cela ! Les médias, ceux qui les financent et les institutions dans lesquelles le non-art se reproduit n’écoutent pas les arguments. En face, il y a ceux qui aiment l’art. Il est vrai que leur proportion dans la population ne dépasse pas les 7% mais il se trouve que ce petit (ou grand) nombre (des millions) est ce qui compte. Si cette minorité qui aime l’art et réfléchit agissait de concert, qui lui résisterait ? Ceux qui sont assez abandonnés de Dieu (God forsaken) pour ne rien comprendre à l’art et sont de ce fait privés de toute capacité à résister aux sirènes du non-art, ne sauraient former un ensemble d’esprits motivés.

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Livres

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle.

Badiou est le nom oxymorique d’un libéralisme autoritaire, maoïste et moderniste. Il est aussi le nom d’un philosophe non négligeable sur lequel on peut s’appuyer pour combattre les mauvaises causes dans lesquelles il s’est fourvoyé. C’est ce qu’entreprend Kostas Mavrakis en poursuivant son frère ennemi dans les domaines de la politique, de l’esthétique et de la religion...

Lire la suite ...

Pour l'Art. Eclipse et renouveau

Pour l'Art, éclipse et renouveau

L’art contemporain n’est ni art ni contemporain. Ce syntagme fait occuper la place de l’art tout court par le non-art. Une rhétorique habile est déployée pour présenter comme arriéré ou réactionnaire quiconque ne s’en laisse pas conter car les intérêts à ménager sont considérables . Comment et pourquoi s’est accomplie cette résistible ascension de la barbarie ? ...

Lire la suite ...