Dialogue du policier sud-africain et de sa victime lors du massacre de 34 grévistes de la mine de Maricana (parabole)

20 août 2012
Par Mavrakis

 

 - Ne beugle pas enfin; respecte le silence des morts !

- Quoi, tu te plains de périr innocent ? Encore heureux ! Cela m’aurait fait de la peine que tu sois coupable. Sans compter qu’il aurait fallu te faire un procès, payer des juges, des avocats. Ca coûte cher ; mieux vaut simplifier les procédures. D’ailleurs, pour te réconforter, pense que tu n’as pas été tué par ces salauds de blancs, comme à Sharpeville, mais par des Africains, des noirs comme toi, des frères quoi. Allez, … Adieu et sans rancune, O K ?

- Que dis-tu… ? C’est pas gentil de tirer sur des frères ? Mais on n’a pas tiré sur des frères. On a tiré, c’est tout, sans viser, dans le tas. Personne n’en avait après toi.  Nothing personal, mon pote. En plus on l’a fait selon les règles : en légitime défense, après sommations, conformément aux ordres ; Befehl ist Befehl ! Il ne fallait pas aussi se mettre sur la trajectoire des balles ; c’est dangereux et ça multiplie les dommages collatéraux.

- Tu insistes ? Selon toi on ne tue pas ses frères, ça ne se fait pas?… Il faut que tu apprennes quelque chose, vieux camarade, même si c’est un peu tard pour toi : la police ne tire que sur des frères. Sur qui veux-tu qu’elle tire, sur des Américains, des Russes, des Chinois ? …

- Toujours pas convaincu ; tu penses que tout ce sang après la fin de l’Apartheid ça fait désordre ? Mais non, c’est le contraire, le président Mao l’a dit en personne : « Le maintien de l’ordre n’est pas un dîner de gala », remember ? …

 - Quoi, tu protestes que ma citation est fausse ; … Mao parlait de la révolution ? … Eh alors ? Si la révolution n’est pas un dîner en grand tralala, c’est encore moins le cas pour la défense de l’ordre établi ? Logique, non ?

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Livres

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle.

Badiou est le nom oxymorique d’un libéralisme autoritaire, maoïste et moderniste. Il est aussi le nom d’un philosophe non négligeable sur lequel on peut s’appuyer pour combattre les mauvaises causes dans lesquelles il s’est fourvoyé. C’est ce qu’entreprend Kostas Mavrakis en poursuivant son frère ennemi dans les domaines de la politique, de l’esthétique et de la religion...

Lire la suite ...

Pour l'Art. Eclipse et renouveau

Pour l'Art, éclipse et renouveau

L’art contemporain n’est ni art ni contemporain. Ce syntagme fait occuper la place de l’art tout court par le non-art. Une rhétorique habile est déployée pour présenter comme arriéré ou réactionnaire quiconque ne s’en laisse pas conter car les intérêts à ménager sont considérables . Comment et pourquoi s’est accomplie cette résistible ascension de la barbarie ? ...

Lire la suite ...