Vers et poésie

4 juin 2012
Par Mavrakis

Le modernisme n’a pas privé la seule peinture de l’essentiel de ses pouvoirs, ouvrant ainsi la voie au non-art pur et simple. Dans d’autres disciplines artistiques, un certain dépérissement est également perceptible quoique infiniment moins marqué. En relisant Athalie j’ai réfléchi sur la perte immense qu’a représenté l’abandon par la poésie de ses formes versifiées. Le stupide XXe siècle n’a pas compris que moins de contraintes signifie moins de ressources ; et qu’une forme (le vers), en elle-même sans valeur, peut produire de formidables effets de sens quand elle est au service d’une pensée. Considérez, entre mille autres exemples, cette stichomythie :

Athalie

[…] D’un fantôme odieux, soldats délivrez-moi.

Joad

Soldats du Dieu vivant, défendez votre roi.

Didascalie : Le fond du théâtre s’ouvre […] et les lévites armés sortent de tous côtés …

L’antithèse frappante entre « moi » et « roi » est renforcée par la rime qui, symétriquement, oppose à l’intérêt personnel du tyran aux mains sanglantes, la fonction de souveraineté impersonnelle de celui qui est l’image de Dieu, eikon basiliké, selon le titre grec de l’apologie attribuée à Charles Ier d’Angleterre. Racine n’aurait pu foudroyer la reine usurpatrice et impie de ce coup de théâtre sublime sans la régularité du vers classique.

Tags: , , , , ,

Laisser un commentaire

Livres

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle.

Badiou est le nom oxymorique d’un libéralisme autoritaire, maoïste et moderniste. Il est aussi le nom d’un philosophe non négligeable sur lequel on peut s’appuyer pour combattre les mauvaises causes dans lesquelles il s’est fourvoyé. C’est ce qu’entreprend Kostas Mavrakis en poursuivant son frère ennemi dans les domaines de la politique, de l’esthétique et de la religion...

Lire la suite ...

Pour l'Art. Eclipse et renouveau

Pour l'Art, éclipse et renouveau

L’art contemporain n’est ni art ni contemporain. Ce syntagme fait occuper la place de l’art tout court par le non-art. Une rhétorique habile est déployée pour présenter comme arriéré ou réactionnaire quiconque ne s’en laisse pas conter car les intérêts à ménager sont considérables . Comment et pourquoi s’est accomplie cette résistible ascension de la barbarie ? ...

Lire la suite ...