Béthenot apologiste du non-art

16 novembre 2010
Par Mavrakis

Sur le plan intellectuel, Martin Béthenot n’est pas très brillant, mais il possède sûrement d’autres qualités auxquelles Jacques Aillagon n’a pas été insensible. Béthenot lui doit principalement sa carrière. L’ambition y trouva son compte ; l’éthique et la déontologie beaucoup moins. On ne peut servir deux maîtres : le peuple français et les puissances de l’argent. Il faut choisir. A l’école d’Aillagon, Béthenot apprit au contraire à tirer partie de l’harmonie préétablie qui règne dans notre système entre fonction publique et fonction privée. C’est ainsi qu’après avoir été délégué aux arts plastiques (2002 – 2004), puis directeur général de la FIAC (2005 – 2010) il devint directeur de la Dogana et du Palazzo Grassi ; autrement dit domestique grassement payé à la maison Pinault.

Lors de la controverse sur l’exposition de Murakami (favori de son patron), Béthenot fut invité par Le Figaro à représenter l’opinion pour le prétendu artiste japonais. N’ayant pas beaucoup d’arguments à faire valoir en sa faveur, notre homme se tira d’embarras en justifiant l’art contemporain en général et reconnut au prétendu artiste japonaisi seulement de l’humour. Que Béthenot ne soit  pas dépourvu lui-même de cette qualité, ne pouvait être appréciée par ses lecteurs dont la plupart ne connaissent pas (et pour cause) les « artistes » dont il donnait une longue liste. Il  assortissait chaque nom d’éloges qui provoqueraient la gaieté générale si l’on savait à quoi ils s’appliquaient. Par exemple, Béthenot s’extasiait sur « la beauté plastique du travail d’Anish Kapoor ». En fait de « travail » il s’agit de poussières de pigments en tas ou de débris colorés.       

Tags: , , , , ,

Laisser un commentaire

Livres

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle.

Badiou est le nom oxymorique d’un libéralisme autoritaire, maoïste et moderniste. Il est aussi le nom d’un philosophe non négligeable sur lequel on peut s’appuyer pour combattre les mauvaises causes dans lesquelles il s’est fourvoyé. C’est ce qu’entreprend Kostas Mavrakis en poursuivant son frère ennemi dans les domaines de la politique, de l’esthétique et de la religion...

Lire la suite ...

Pour l'Art. Eclipse et renouveau

Pour l'Art, éclipse et renouveau

L’art contemporain n’est ni art ni contemporain. Ce syntagme fait occuper la place de l’art tout court par le non-art. Une rhétorique habile est déployée pour présenter comme arriéré ou réactionnaire quiconque ne s’en laisse pas conter car les intérêts à ménager sont considérables . Comment et pourquoi s’est accomplie cette résistible ascension de la barbarie ? ...

Lire la suite ...