Les impostures de Jimenez

10 octobre 2010
Par Mavrakis

Marc Jimenez, ai-je remarqué dans ma note du 3 octobre, continue à se réclamer des avant-gardes d’il y a un siècle. Il reste attaché aux espérances utopiques d’une modernité si peu moderne qu’elle en est toute poussiéreuse. En fouillant dans les cendres, il exhume ici un crâne, là un fémur d’antiques bouffons qui ont cessé depuis longtemps de nous amuser. Poor Yorick, poor Duchamp !… Il tient, cependant, à ne pas être pris pour un attardé ou un nostalgique, d’où ses efforts pour paraître compréhensif vis-à-vis de l’art contemporain. La nullité de ce dernier devrait être mise sur le compte du souci de transgression et de provocation qui serait, selon un vieux stéréotype, le propre de l’art en général. Moyennant quoi, les innombrables productions scatologiques ou pornographiques par lesquelles nos « artistes contemporains » cherchent désespérément à nous choquer (sans y parvenir) seraient des preuves de génie. Jean Clair nous apprend qu’une exposition à New York, il y a une dizaine d’années, s’était intitulée « Abject art : Repulsion and Desire ». Jimenez est au courant. Il cite lui-même « Modern Toilet Restaurant » sans se rendre compte qu’il n’y a là qu’affectation et pose. Les transgressions d’autrefois se sont figées en conventions du nouvel académisme anartistique, en procédés parfaitement prévisibles. Quiconque veut bien réfléchir une seconde le sait mais beaucoup préfèrent ne pas le savoir car ils n’y ont pas intérêt. Jimenez fait partie de ces derniers. Sa posture est typique. Pour préserver l’apparence de la bonne foi, il fait semblant de traiter le non-art comme si c’était de l’art en le soumettant au discernement du jugement esthétique. Il écartera Cloaca de Wim Devoye comme « insolite », certes, mais « de mauvais goût » et accueillera un tableau de Rebeyrolle parce qu’il rend «présente l’angoisse du siècle ». Quant aux sculptures de Kittiwatsu Unarom, elles sont « peu ragoûtantes »; on n’en saura pas plus. L’essentiel pour Jimenez est de faire croire qu’on est toujours dans le jugement de goût dont seraient incapables ceux qui protestent contre la volonté d’imposer le non-art au public. A moins que l’intolérance de ces « râleurs et ronchonneurs patentés » ne soit une nième mise en scène de la « Querelle des Anciens et des Modernes ».

Jimenez ferait mieux de retourner sur les bancs de l’école pour y écouter un cours sur cette fameuse « querelle ». Il apprendrait à cette occasion que les grands modernes : Boileau, Racine, Molière, La Bruyère, étaient partisans des « anciens » alors que les champions des modernes se recrutaient parmi des auteurs de seconde catégorie qui, faute de savoir le grec et le latin, ne pouvaient comparer les auteurs. Ne donnaient-iIs pas Mlle de Scudéry comme exemple de génie contemporain pouvant rivaliser avec les anciens ? Un autre moderne, plus tardif, le duc de Chesterfield, écrivait à son fils qu’il devait tenir pour un axiome que la Henriade de Voltaire était supérieure à l’Enéide et celle-ci à l’Iliade ! Est-il nécessaire de préciser que les « ronchonneurs » dont se plaint Jimenez ne sont pas assez stupides pour juger Murakami inférieur à Michel-Ange ou même à Le Brun? Dans la Querelle des anciens et des modernes, les participants comparaient ce qui est comparable ce qui n’est pas le cas quand on oppose au grand art un quasi-non-art. Jimenez le sait parfaitement, c’est pourquoi il ne s’attend pas à ce que nous autres « esprits chagrins » admirions Murakami, il nous exhorte seulement de lui accorder « un petit sourire » !

Tags: , , ,

Laisser un commentaire

Livres

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle.

Badiou est le nom oxymorique d’un libéralisme autoritaire, maoïste et moderniste. Il est aussi le nom d’un philosophe non négligeable sur lequel on peut s’appuyer pour combattre les mauvaises causes dans lesquelles il s’est fourvoyé. C’est ce qu’entreprend Kostas Mavrakis en poursuivant son frère ennemi dans les domaines de la politique, de l’esthétique et de la religion...

Lire la suite ...

Pour l'Art. Eclipse et renouveau

Pour l'Art, éclipse et renouveau

L’art contemporain n’est ni art ni contemporain. Ce syntagme fait occuper la place de l’art tout court par le non-art. Une rhétorique habile est déployée pour présenter comme arriéré ou réactionnaire quiconque ne s’en laisse pas conter car les intérêts à ménager sont considérables . Comment et pourquoi s’est accomplie cette résistible ascension de la barbarie ? ...

Lire la suite ...