Le moderne vieillit mal

5 mars 2010
Par Mavrakis

Le 21 avril Brasilia, inscrite au « Patrimoine mondial de l’UNESCO », fêtera son 50e anniversaire, mais ses bâtiments « futuristes » n’ont pas beaucoup d’avenir étant donné leur décrépitude avancée. Ils ne laisseront même pas de belles ruines. Cette invention urbaine sortie du cerveau enfiévré d’un ingénieur fou comme le créateur de Métropolis, obéit à l’esthétique avant-gardiste qui a inspiré à Badiou une analyse enthousiaste dans son livre Logique des mondes. Elle prouve à chaque jour qui passe combien elle est indigne de sa renommée. La solidité n’est-elle pas la première qualité d’un édifice et celui-ci, en tant qu’œuvre d’art, n’est-il pas censé affronter victorieusement les outrages du temps ? Le président Lula s’est plaint de travailler dans un palais qui est « une vraie favéla ». Est-ce ainsi que cette architecture fonctionaliste remplit sa fonction ? Le « Panthéon de la patrie », un des monuments les plus récents puisqu’il date de 1986, perd déjà son revêtement de marbre blanc. Les vitraux de la cathédrale, pourtant rénovée il y a dix ans, doivent maintenant être remplacés. Certaines zones sont interdites au public parce que dangereuses. Enfin toute cette capitale offre un aspect triste et fatigué à cause du vieillissement accéléré des matériaux modernes utilisés pour construire cet emblème du jeune Brésil. Cela ne doit par relever le moral des ses habitants qui avaient, même quand leur ville était neuve, le taux de suicide le plus élevé du monde.

Tags: , ,

Une réponse

  1. Faujour on 27 mars 2010 at 20 h 46 min

    M. Mavrakis,

    je vous invite à écouter cette interview de l’écrivain M. Nabe. Il parle de l’art contemporain et partage des visions avec vous. Que cela se puisse dire à la télévision fait grand bien. Ses termes sont précis, lucides – difficile de désapprouver.

    http://www.dailymotion.com/video/xcofnc_nabe-chez-taddei-22-03-2010-2-3_webcam?start=812

    Bon visionnage et bonne continuation.

Laisser un commentaire

Livres

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle.

Badiou est le nom oxymorique d’un libéralisme autoritaire, maoïste et moderniste. Il est aussi le nom d’un philosophe non négligeable sur lequel on peut s’appuyer pour combattre les mauvaises causes dans lesquelles il s’est fourvoyé. C’est ce qu’entreprend Kostas Mavrakis en poursuivant son frère ennemi dans les domaines de la politique, de l’esthétique et de la religion...

Lire la suite ...

Pour l'Art. Eclipse et renouveau

Pour l'Art, éclipse et renouveau

L’art contemporain n’est ni art ni contemporain. Ce syntagme fait occuper la place de l’art tout court par le non-art. Une rhétorique habile est déployée pour présenter comme arriéré ou réactionnaire quiconque ne s’en laisse pas conter car les intérêts à ménager sont considérables . Comment et pourquoi s’est accomplie cette résistible ascension de la barbarie ? ...

Lire la suite ...