Note supplémentaire sur le livre de Jean-Louis Harouel

27 mai 2009
Par Mavrakis

J’ai sévèrement critiqué certaines thèses défendues par Jean-Louis Harouel dans son livre La grande falsification. La principale est son explication du déclin de l’art par l’invention de la photographie. Si un procédé mécanique de reproduction des formes visibles pouvait avoir un tel effet, ai-je dit, alors la sculpture aurait disparu dès l’antiquité quand fut inventé la technique du moulage. J’aimerais à cette occasion ajouter un autre exemple tiré d’un domaine mineur : celui de la bande dessinée. Comment se fait-il que celle-ci ait prospéré avec les écoles belge et japonaise au lieu de perdre son marché au profit du roman-photo ? Apparemment ce dernier n’offre pas les possibilités expressives du dessin. Les erreurs d’Harouel ont deux causes. La première est une connaissance superficielle de l’histoire de l’art. Aucun peintre d’histoire, de genre, de portraits, de paysages ou de natures mortes, que ce soit au dix-neuvième ou au vingtième siècle, n’a été ou ne s’est senti concurrencé par la photographie. On ne peut citer un seul exemple d’un artiste dont les amateurs se seraient détournés au profit des photographes. La seconde erreur tient au fait qu’il s’est insuffisamment interrogé sur l’esthétique picturale et qu’il n’a pas su tirer profit des ouvrages qui en traitent. Je n’en veux pour preuve que sa réduction de la peinture à la création d’images « exprimant ce que l’œil perçoit face au réel » (p 128).Je suis pourtant convaincu du caractère positif dans l’ensemble des effets que ce livre ne manquera pas de produire étant donné le succès que je lui ai tout de suite prédit. Harouel a des formules très dures et souvent heureuses pour condamner le non-art. C’est avec jubilation qu’on le voit clouer au pilori les Klein, Christo, César, Buren dont il écrit qu’ils « méritent d’êtres admirés non pas en qualité d’artistes, mais en qualité d’imposteur et d’escrocs, car ils sont l’élite de la profession ». Eux et leurs pareils « pratiquent la seule forme d’escroquerie qui ne soit pas réprimée pénalement » (p 127). La raison en est que leurs dupes sont consentantes et participent même, ajouterai-je, au succès de la supercherie dont ils partagent les profits. Ce sont des complices. Leurs véritables victimes ce sont nous tous qui sommes, comme le dit Harouel, « cruellement en manque d’art » (p 128). Ce manque ne peut être ressenti que par les amoureux de l’art. En revanche le non-art « convient parfaitement » aux milliardaires incultes qui nous dominent.

Laisser un commentaire

Livres

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle.

Badiou est le nom oxymorique d’un libéralisme autoritaire, maoïste et moderniste. Il est aussi le nom d’un philosophe non négligeable sur lequel on peut s’appuyer pour combattre les mauvaises causes dans lesquelles il s’est fourvoyé. C’est ce qu’entreprend Kostas Mavrakis en poursuivant son frère ennemi dans les domaines de la politique, de l’esthétique et de la religion...

Lire la suite ...

Pour l'Art. Eclipse et renouveau

Pour l'Art, éclipse et renouveau

L’art contemporain n’est ni art ni contemporain. Ce syntagme fait occuper la place de l’art tout court par le non-art. Une rhétorique habile est déployée pour présenter comme arriéré ou réactionnaire quiconque ne s’en laisse pas conter car les intérêts à ménager sont considérables . Comment et pourquoi s’est accomplie cette résistible ascension de la barbarie ? ...

Lire la suite ...