La rupture avec l’art

18 mai 2009
Par Mavrakis

Le mot d’ordre du modernisme a toujours été la rupture; mais avec quoi fallait-il rompre ? Etait-ce avec un style ancien pour introduire un style nouveau ? C’est ce que beaucoup de grands artistes du passé ont fait. Ce dont il s’est agi au vingtième siècle était d’une autre nature. L’idéologie avant-gardiste exigeait le rejet des caractéristiques constitutives de l’art en tant que tel dans sa définition la plus générale (voir la note précédente). C’est pourquoi il est juste de qualifier le prétendu « art contemporain » de non-art. Les gestes iconoclastes qui ont jalonné son devenir fonctionnaient comme des flèches indicatrices dont la signification était double : « par ici l’artiste génial qui peut tout se permettre » et « par ici la sortie » (de l’art).

Laisser un commentaire

Livres

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle.

Badiou est le nom oxymorique d’un libéralisme autoritaire, maoïste et moderniste. Il est aussi le nom d’un philosophe non négligeable sur lequel on peut s’appuyer pour combattre les mauvaises causes dans lesquelles il s’est fourvoyé. C’est ce qu’entreprend Kostas Mavrakis en poursuivant son frère ennemi dans les domaines de la politique, de l’esthétique et de la religion...

Lire la suite ...

Pour l'Art. Eclipse et renouveau

Pour l'Art, éclipse et renouveau

L’art contemporain n’est ni art ni contemporain. Ce syntagme fait occuper la place de l’art tout court par le non-art. Une rhétorique habile est déployée pour présenter comme arriéré ou réactionnaire quiconque ne s’en laisse pas conter car les intérêts à ménager sont considérables . Comment et pourquoi s’est accomplie cette résistible ascension de la barbarie ? ...

Lire la suite ...