Rancière et le monochrome

22 mars 2009
Par Mavrakis

J’ai dit dans mon livre sur l’art que réaliser des monochromes comme Rodtchenko, Yves Klein, Ryman et tant d’autres, était une activité indiscernable de la peinture en bâtiment. Cela semble évident mais pas à Rancière. Il est si confit en dévotion devant les idoles de la modernité qu’il tient à l’inverse la peinture en bâtiment pour de l’art et parle longuement du maire de la capitale albanaise Tirana, « lui-même peintre », faisant badigeonner « en couleurs vives les façades des immeubles de sa ville ». Il voulait ainsi « fusionner l’art et la vie » conformément au projet des avant-gardes du début du vingtième siècle. Rancière nie proposer cette initiative en modèle mais il la donne quand même en exemple de ce que peut être un art ouvrant « des passages possibles vers de nouvelles formes de subjectivation politique »[1].


[1] Cf. Jacques Rancière : Le spectateur émancipé, La Fabrique éditeur, 2008, pp 86-91.

Laisser un commentaire

Livres

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle.

Badiou est le nom oxymorique d’un libéralisme autoritaire, maoïste et moderniste. Il est aussi le nom d’un philosophe non négligeable sur lequel on peut s’appuyer pour combattre les mauvaises causes dans lesquelles il s’est fourvoyé. C’est ce qu’entreprend Kostas Mavrakis en poursuivant son frère ennemi dans les domaines de la politique, de l’esthétique et de la religion...

Lire la suite ...

Pour l'Art. Eclipse et renouveau

Pour l'Art, éclipse et renouveau

L’art contemporain n’est ni art ni contemporain. Ce syntagme fait occuper la place de l’art tout court par le non-art. Une rhétorique habile est déployée pour présenter comme arriéré ou réactionnaire quiconque ne s’en laisse pas conter car les intérêts à ménager sont considérables . Comment et pourquoi s’est accomplie cette résistible ascension de la barbarie ? ...

Lire la suite ...