Badiou et l’avant-garde

14 mars 2009
Par Mavrakis

Badiou, auteur du Siècle ne fait pas de difficultés pour re­connaître que, dans ce qui nous fut proposé par les avant-gardes du vingtième siècle, 1′« œuvre » est presque rien et se réduit au geste légitimé (« protégé», dit-il) par un quelconque bla-bla pseudothéorique. Badiou tient ce genre de littérature lyricopata­physique pour nécessaire alors que pour Baudrillard, plus clairvoyant, l’amphigouri était là pour masquer la « nullité» et pour intimider le bon peuple. On doit quand même se féliciter de voir Badiou tenir l’iconoclastie en art pour analogue au fascisme en politique et à l’obscurantisme en science. Voilà qui n’a pas dû plaire à certains de ses amis.

Cf. Jacques Baudrillard : « Le complot de l’art »; Libération 20 mai 1996 et Entrevues à propos du « complot de l’art », Sens & Tonga 1997.

Cf. Logiques des mondes, op. cit. p 87.

Laisser un commentaire

Livres

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle.

Badiou est le nom oxymorique d’un libéralisme autoritaire, maoïste et moderniste. Il est aussi le nom d’un philosophe non négligeable sur lequel on peut s’appuyer pour combattre les mauvaises causes dans lesquelles il s’est fourvoyé. C’est ce qu’entreprend Kostas Mavrakis en poursuivant son frère ennemi dans les domaines de la politique, de l’esthétique et de la religion...

Lire la suite ...

Pour l'Art. Eclipse et renouveau

Pour l'Art, éclipse et renouveau

L’art contemporain n’est ni art ni contemporain. Ce syntagme fait occuper la place de l’art tout court par le non-art. Une rhétorique habile est déployée pour présenter comme arriéré ou réactionnaire quiconque ne s’en laisse pas conter car les intérêts à ménager sont considérables . Comment et pourquoi s’est accomplie cette résistible ascension de la barbarie ? ...

Lire la suite ...