Ce qui est permis au cinéma ne l’est pas à la peinture

7 février 2009
Par Mavrakis

Dans un entretien accordé au Monde par Mia Hansen-Love réalisatrice du film Tout est pardonné (26 sept. 2007 l’artiste répond ceci au journaliste qui lui disait « Votre film s’inscrit dans une veine très classique du cinéma » : « Je n’ai pas voulu faire un film qui se revendique moderne, ou radical. On est tellement envahi de fausse radicalité, de fausse subversion … » Question : pourquoi ce qui est possible et acceptable au cinéma ne le serait-il pas en peinture ?

Laisser un commentaire

Livres

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle

De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XXe)Siècle.

Badiou est le nom oxymorique d’un libéralisme autoritaire, maoïste et moderniste. Il est aussi le nom d’un philosophe non négligeable sur lequel on peut s’appuyer pour combattre les mauvaises causes dans lesquelles il s’est fourvoyé. C’est ce qu’entreprend Kostas Mavrakis en poursuivant son frère ennemi dans les domaines de la politique, de l’esthétique et de la religion...

Lire la suite ...

Pour l'Art. Eclipse et renouveau

Pour l'Art, éclipse et renouveau

L’art contemporain n’est ni art ni contemporain. Ce syntagme fait occuper la place de l’art tout court par le non-art. Une rhétorique habile est déployée pour présenter comme arriéré ou réactionnaire quiconque ne s’en laisse pas conter car les intérêts à ménager sont considérables . Comment et pourquoi s’est accomplie cette résistible ascension de la barbarie ? ...

Lire la suite ...